Presque rien.

Publié le par Nico









 
Pas grand chose à redire sur l'actu du we. Trois images. Celle de cet homme en larme, peut-être diplômé de droit, garagiste ou père de famille, errant dans le désert depuis des semaines, chassé de tous, en chemin vers un improbable eldorado. Il montre sa peau "pas bon ça, pas bon comme couleur". Il est noir. Il est pauvre. Il va vers ce Nord. Migrance économique et désespoir. Boat-people en Méditerranée. Une autre image. Cette mère qui hurle. Ses enfants viennent de périr dans le mouvement terrestre le mieux identifié qui soit : la construction de la chaîne Himalayenne. Des dizaines de milliers de morts sans doute, entre Inde et Pakistan, autour du Cachemire. Pauvres. Bien sûr. Elle n'est décidément pas sûre cette frontière entre les deux voisins atomiques. La terre frétille. L'homme lui s'enfonce un peu plus entre rapports d'intérêts personnels et quête du pouvoir. Ce pas qui s'tend... Un troisième image. Guatemala. Sa famille entière vient d'être emportée par les flots. Là-aussi, rien qui n'avait été prévu, annoncé par les Cassandres que nul n'entend. C'est vrai, faut le dire qu'on les avait prévenu aussi. Fallait pas être pauvre.
 
Rien, presque rien donc en ce début de semaine si ce n'est bien sûr les luttes intestines au PS, à l'UMP, chez les verts, les démocrates, les républicains, au SPD au CDU au CSU au PC etc. Ou peut-être l'Ira partie en silence, ETA qui se réveille, l'état français qui donne tant pour le nationalisme corse et la grippe aviaire qui est arrivée en Europe.
 
Rien.
Presque rien.
En tout cas pas grande occasion de se réjouir.

Et c'est dégueulasse : en plus on est lundi.
:)





 

Publié dans nues

Commenter cet article