Kihaku

Publié le par Nico





(image > "Help" by Ryan McNamara from Aéroplastic - suite et fin de cette série)


 
L'on évoque (en japonais) le kihaku (la détermination) comme élément premier de la force.
En d'autres termes, kihaku courra... Oui, je sais, mais je reviens de chez Empcam et cela n'aide pas à la concentration.

J'avais envie de vous parler de décroissance (l'on y arrivera si ce n'est par choix politique, au moins en conséquence du passage du pic de Huberts - paix à son âme - soit la baisse de la production de pétrole, croisée et cela n'arrange rien avec une explosion de la demande, notamment chinoise), de désenflement de la poudrière nucléaire et de l'amoncellement chronique des déchets du même bord (lire dans la revue "les banquets" le passionnant dossier sur "les futurs"), de l'endiguement de la surconsommation, des énergies propres et de 2010, des élections en Iran, en Afghanistan, en Allemagne (prend des notes, Sarko, en plus de ton célibat, tu devras compter avec la défaite déguisée en victoire d'étape d'Angéla, un coup dur pour le coup de pied à droite, qui, n'ai crainte, aura tout de même lieu, avec en face la gauche la plus con d'Europe - et là je pleure), de celles, d'élections, en Irak (mais je ne vais pas partir au golf dans chaque note non-plus), de ces avions qui ne voleront plus et que vous ne prendrez plus d'ici peu (qui a noté le dépôt de bilan de deux des cinq plus grosses compagnies américaines en fin de semaine dernière ? Avec un Kérosène qui flambe et dont les taxes ne représentent que leur ombre, nulle possibilité aux politiques de jouer du yo-yo-cotisation), de ce PIB qui chuterait de cinq point si demain plus aucun accident de voiture ne survenait (si, je t'assure, et si cela ne te convainc pas que cet outil de mesure de la richesse est une aberration totale, garde tes points éponymes et arrête toi à la prochaine station ; ce n'est pas par hasard que l'on lit des phrases de vingt lignes), du productivisme à tout va, de ces plus de 60 régimes totalitaires et autres dictatures qui peuplent notre belle et morne ONU (un prisme qui rend beau les démocrates et con les dictateurs au tiers-mondisme hypocrite), de ce progrès auquel il devient stratégique, fondamental, essentiel et je ne sais quel joli mot encore, de ne plus croire, comme à un réflexe pavlovien (Altius, Citius, Fortius, à l'image du sport, allégorie de la modernité, qui va trop vite, trop haut, trop fort pour rouler sans tricher et se doper), des subventions agricoles au Nord qui tuent ces économies (et ces paysans) du Sud, de ces guerres Chine-Taiwan, Chine-Inde, Inde-Pakistan, Israël-Palestine, Corée du Nord-Corée du Sud (et je ne parle même pas de celles imaginées par les faucons) qui nous guettent et qui ne sont que les résurgences de réglements de comptes historiques, fruits pourris d'un siècle qui aurait en certains points mieux fait de ne pas se lever (et de ne pas croiser son voisin de pallier, puisqu'il est bien connu que le voisin gêne plus qu'il n'a cette noix de beurre que vous avez oublié), de nos écoles, de nos hôpitaux, de nos trains, de la pandémie devenue épidémie (en Indonésie notamment) de grippe aviaire, de la sécheresse, de Rita qui va en remettre une couche en Floride et au Texas, de Gbagbo qui part en vrille, de ces pollueurs de haute mer et de leur chiasse sous pavillon de complaisance, de tout autre chose, quand je me suis rendu compte que cette phrase méritait tout, sauf de durer d'avantage. Et j'ai vu ce soleil dehors. Alors j'ai filé. Aujourd'hui est une très belle journée. Alors les maux du monde attendront. Et toi je t'embrasse.

Voilà, ça se passe comme ça chez qui tu sais.
Tout est question de Kihaku, et je ne parle pas nippon.



Publié dans nues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nico 22/09/2005 10:43

mort de rire ! mais je me soigneuuuu... rooo :)
Bon, je viens, j'arrive, je débarque, mais au péril de ce temps que je n'ai pas bicou ces temps-ci...

prenantes passions :)

A ceux qui passeraient par là > faites un saut chez la miss, son concept de débats à entrées multiples mérite le détour ..

malisan 22/09/2005 10:40

non j'ai lu jusque au bout, mais je t'ai laissé aller te promener ;-)... bon alors inactuel / actuel ? revenons aussi sur le comm addict que tu es et viens en débattre chez moi... tu l'es à ce point que tu t'en envoies à toi-même... mais c'est touchant !!! allez au boulot :-)

nico 21/09/2005 16:53

Quoi, 23 lignes c'est trop pour une phrase ???
:)