Le monde amnésique (ou con)

Publié le par Nico






 
Les digues de la Nouvelle-Orléans ? Reconstruites à l'identique. Les règles de l'aviation civiles ? Elles restent identiques à l'avant été 2005 (514 morts contre moins de 500 sur l'année 2004, et des trafics de pièces détachées dignes des organisations de Medellin). Les institutions de l'ONU ? Maintenues à l'identique... Malgré le camouflet irakien, l'odieux "raté" rwandais ou serbe (et tant et tant d'autres), le "machin" (comme l'appelait De Gaule) n'évolue pas. La tour en verre financée par Rockefeller héberge la plus inerte des bureaucraties. Le plus galvaudé des rêves.


Quel est ce monde, qui se réchauffe (même si à ce jour Katrina & co ne peuvent être scientifiquement imputées au dérèglement climatique, il est bon de le préciser), qui défend ses intérêts individuels au dépend de l'intérêt collectif (celui des plus démunis notamment), qui laisse brûler ses squats et inonder ses villes, un monde régi par des lobies (des armes, du pétrole, pharmaceutiques et autres), qui regarde crever des milliers d'êtres humains (pauvres) de maladies moyenâgeuses et de virus dignes de romans de science-fiction, le sida avancer irrémédiablement, les cancers (pollution, amiante, chimie, eau, air, produits de grande consommation...) gangrener la société, des terroristes en liberté (une fois encore "where is Ben Laden ?", "who is Zarquaoui ?"), des représentants du peuple responsables-mais-pas-coupables s'ériger en donneurs de leçons, se laver des mains sans fléchir ; quel est ce monde que nous nous apprêtons à laisser à nos enfants ? Et ces dettes (publiques) ? Et ces impôts dont le retour sur investissement est intolérable ?
 
"La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque" (Albert Einstein). La morale est aisée. La critique trop souvent malhabile. A vos mouchoirs (mes frères, mes sœurs, l'on dirait un prêcheur !). Demain sera cruel ou ne sera pas. Il est où ce sursaut providentiel jusque-là espéré ? Il n'est pas un homme qui nous sauvera, pas une institution qui se lèvera. C'est à nous, aujourd'hui, de prendre la bastille de nos égoïsmes. A moins que vous aussi vous n'ayez "piscine". Bon bain. Bouillant. En ce monde amnésique pensez un instant à ce que vous diront demain vos rejetons.
 
Cela fait trop longtemps que je m'égosille et use mon clavier à ces maux... Extraits >






Lettre à demain (2003) (21/10/2004 - premier article écrit sur/pour le web)
Sida : 5 morts chaque minutes (26/O1/2004 - article dont je ne suis pas l'auteur, diffusé par RéSo)
Si j’avais su… (27/01/2005)
Y'a des matins comme ça... (28/01/2005)
Kyoto ou tard... Jour J. (16/02/2005)

Etc, etc, etc...



Publié dans nues

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nico 20/09/2005 11:16

et/ou aux enfants de nos enfants.... On devait pas se faire une bouffe sur Bdx Nous ?! :p

javafred 17/09/2005 15:02

Mais oui !
Dans quel état laisserons-nous la Terre à nos enfants ?

nico 15/09/2005 15:52

Tous paradoxals, contrastés, mais qui a l'honéteté de le reconnaitre ?...

> "alors quoi ?" (heu pas compris :)

malisan 15/09/2005 15:41

paradoxal nico...oui à son échelle c'est déjà pas mal... mais assez non... alors quoi ?

nico 15/09/2005 15:04

ah si ik ! c'est à ton (notre) échelle que tout se joue (et c'est bien-là mon propos) / voir à ce sujet le lien ci-contre à droite vers "défi pour la terre" ( > http://influenceurs.net/cgi-bin/display_news.pl?site_id=influenceurs&news_id=113&skin_file=redirect.html&redirect=1 ) d'un autre Nicolas..

Bravo ikienne pour tous ces gestes dont j'avoue honteusement ne pas faire la moitié (sans doute l'une des sources de mon agassement ; on n'est jamais autant en guerre que contre ses propres défaillances)

;-)