BLP sous typepad

Publié le par Nico

 

 


Ephémère


  • > Post-It Express
    Il fait un temps superbe, les sourires sont splendides, la ville magnifique... Le bonheur est donc sous le soleil.

    Effectivement, il n'est point de blog bronzé, point de web ensoleillé... Et pourtant l'on y revient... Un jour.


    NB : ne jamais parler ni de sois ni de celle qu'on aime.
    construire dans le secret, aimer dans le silence.

Blog/site du moment

L'actu







Ma Photo

juillet 12, 2005

Fin de la route

Life

Bel été.
Ciao...

 

juillet 05, 2005

Plus de blog...

.. Ni d'hebdo pour l'instant. Trop de "méchanceté", trop de violences, trop de provocation et d'humiliations m'ont décidé à fermer, pour l'instant au moins, tous mes blogs. Celui-ci à son tour (re)fermera ses portes dans 48h. Je retrouve ceux que j'aime, et les autres, plus tard... Bien plus tard. La blogosphère est très loin d'être un phalanstère.

Il faut du temps pour être à nouveau libre.
Du temps face à ces brûlures.
Nul et rien ne résiste aux balles "amies".

"Bon surf" et belle route à vous.
A bientôt peut-être...

Nicolas

juin 23, 2005

blog

Blphebdo

Le blog se déroule en direct sur France 2 ce soir, au quotidien ici et là, et en ce qui me concerne, c'est ici que cela se passera. RDV le 6 juillet. Pour un vrai départ :)

VOUS êtes conviés à proposer vos notes.
L'HEBDO sera updaté tous les mercredi midi.
Réinventons le rythme, le ton..

A bientôt...

(Re)naissance

Ce blog réouvrira ces portes le 6 juillet prochain.
La mise à jour sera hebdomadaire,
rdv ensuite tous les mercredi à midi.

BLP (re)devient un webzine participatif.
Nouveau design et nouvelle adresse à suivre...

Cet espace est ouvert à vos suggestions :)
D'ici-là, bon surf !


 

juin 14, 2005

Les victoires imbéciles

Lire en musique : Download copie1welltempered1.mp3

Une journée s’achève, bordelaise, ensoleillée, légère [pas seulement], douce et contrastée.
Ma nouvelle vie commence avec une mauvaise nouvelle [on fait plus grave mais pas beaucoup plus con - comme l’écrivait « Monsieur Caca », les mauvaises nouvelles sont produites et distribuées à la chaîne pour des raisons d’économie d’échelle, celle-ci ressemble à une fin de série] en gagnant une heure sur la route une récente nuit décisive, j’ai laissé mon permis, une petite fortune et un bout de liberté sur le bas-côté.

Chemin filant, en refaisant [tant bien que mal] ma vie en 24h, me suis-je prouvé mon aptitude à rebondir, ou l’absolue nécessité de renoncer aux choix qui ne vous ressembleraient pas ? J’ai laissé derrière-moi plus qu’un pan de vie, un douloureux essai non transformé de bonheur conjugal [le leurre du bonheur ne dure-t-il qu’une bonne-heure ?] mais aussi une tentative professionnelle avortée de réunir des talents, des énergies, des envies et cela pour milles raisons, des bonnes et de moins bonnes, par-ce que ce projet d’entreprise prenait une tournure qui, humainement notamment [et je ne fais aucun amalgame entre les uns et les autres] me déplaisait.

Les « blogpapiers », le projet d’édition des meilleurs notes des blogs francophones dans un recueil anthologique, connaîtra, je n’en doute pas un instant, les mains moites et les yeux curieux de lecteurs off-line d’horizons et de motivations diverses. Je me battrai pour que ce projet soit. Pour qu’il soit beau. Pour se faire, il est urgent que ceux [de mes associés] qui n’ont pas fait le nécessaire [un courrier] pour que la SARL Sources Editions puisse sortir de la scène et permettent ainsi la déconsignation de son capital comme la poursuite de cette aventure, agissent de façon responsables. J’ai déjà « dérapé ». Point d’attaque ici, juste une perche… Avançons ! Ce projet vaut mieux que nos amertumes. Aux autres merci mille fois de votre compréhension, au delà des déceptions.

*

Il est des victoires dont il ne faudrait jamais se prévaloir,
des défaites dont il est essentiel d’être fier.
Il est des combats qu’il ne faudrait jamais avoir à mener,
des gains dont on se serait si volontiers passés…

Aujourd’hui j’ai aimé laisser filer des minutes avec mes proches, ai bataillé ferme pour surmonter mes tracas passagers et soucis plus personnels. Demain j’aimerais passer ce temps libéré des emmerdements - pardon pour la poésie - liés à ces dernières semaines et à ces choix, pas forcément compris, sans doute pas strictement rationnels.

Après-demain sera vraisemblablement piéton !
Après-après demain pourrait être tout simplement nomade.
Ailleurs il fait un temps radieux.
Croyez-moi, j’en viens !
« Là-bas » est un lieu de félicité.
« Là-bas » est en nous.
« Là-bas » n’est d’ailleurs pas un lieu mais un instant,
Un instant qu’une vie ne suffit pas forcément à tenter de rendre durable,
ou possible.

Tournons cette [putain de] page.
Tournons-la vraiment.
Il se peu que le prochain chapitre soit celui tant attendu.
La vertueuse (re)conquête de l’amour.
La victoire du cœur.
Là-bas ou ailleurs.

Tant de choses dans la vie sont plus importantes que ces rancœurs,
tant de joie sont inaccessibles quand les animosités sont trop vives
et tant de temps reste perdu à se battre contre des ombres,
à se tromper de combat, d’adversaire ou de terrain,
pour de fallacieuses et d’insondables victoires imbéciles…

*

Avançons.
Sans excès de vitesse…
Le monde a besoin de nos élans.
Et il est urgent que le monde ralentisse.
Ce sera notre révolution d’effleure,
Notre mai soit sans suite, soit salvateur,
Notre grand soir sans cuite ni vertige.

Ralentissons.
Pour aller véritablement de « l’avant ».
La sixième extinction ne peut supporter l’inaction et les silences coupables.

Le temps de parcourir cette note deux à trois personnes au moins sont mortes du sida, autant sont mortes de faim, essentiellement en Afrique sub-saharienne, une dizaine d’espèce connu a disparue de la surface du globe et la température depuis notre/votre première lecture enfantine a grimpé plus qu’entre ce même jour et la disparition des derniers dinosaures. Présumer des conséquences de notre mode de vie serait faire de la science-fiction, du reality-drame prospectif.

Nos maux sont peu de chose.
Nos errances, elles, pourraient être tragiques.
Alors trêve d’enfantillage.
Il est de plus beaux combats.
Et il est déjà bien tard pour s’y dédier.

Changeons demain.
Changeons.
Rêvons plus fort.
De singes volants,
De mondes meilleurs,
D’épanouissement,
De piaillements d’enfants,
De beaux livres,
De la caresse du vent,
Du goût du travail,
Du goût de l’autre,
Du (dé)goût de sois,
De développements durable,
D’utopie concrète,
De mai 2005,
De nos soixante ans,
De la fin du pétrole,
De ce qui se jouera d’ici là.
De demain.
De toi et moi,
De nous et d’eux…

Des victoires idylliques.

 

 

juin 09, 2005

(...)

Une page se tourne.
Pas sans larme, pas sans amertume.
Ce week-end j'aurai quitté Paris pour d'autres horizons.
J'attends depuis 8 jours un courrier de chacun de mes associés afin de déconsigner le capital de la SARL.
Une fois cela fait, je suis/serai ouvert à toute proposition pertinente qui permettrait aux Blogpapiers de voir le jour.

 
 
Pour ma part, je m'en vais retrouver les miens et le Sud.
Plaie de coeur n'est pas mortelle, dit-on.
La légereté et la quiétude doivent être ailleurs.
J'y file. Il me reste à trouver un toi(t).

 
 
J'ai croisé sur un blog ce très joli titre...
Ce sera la plus belle des dernière "note" possible :
"Somewhere Over the Rainbow / What a Wonderful World"
format Real Audio ou Windows Media
Par Israel Kamakawiwo'ole.


A bientôt...
 

mai 30, 2005

"On" pose tout...

Je suis parti quelques jours souffler, prendre du recul.
Ma vie a dérapé et la façon dont évolue le relationnel au sein de Sources Éditions me déplait.
Alors nous y voilà.
 
 
 
Je vous annonce que je renonce à fonder la SARL et maison d'édition dédiée à la Collection des Blogpapiers. Certains associés ont déjà quitté l'aventure, non sans amertume exprimée. Je ne jouerai pas à ce jeux. Il ne s'est pour moi jamais agi d'un jeux.
 
Ce splendide projet mérite le mieux.
Et le mieux n'est pas ce modèle que j'avais imaginé.
S'associer à 8 ou 10 était une erreur, mon erreur. Je l'assume.
Mes épaules sont bien frêles pour porter ce projet. En tout cas dans ces conditions.
 
L'aventure des blogpapiers et l'objectif d'un premier ouvrage aux alentours de la rentrée n'est pas abandonné. "Nous" n'en serons par-contre pas les éditeurs.
 
Je souhaiterai que le magazine TOC qui a toutes les compétences requises (et plus encore) puisse dorénavant accompagner ce projet, ou si cela n'était pas possible et si vous, auteurs, l'acceptiez, qu'un autre éditeur de la place prenne le relais.
 
Vous, auteurs et bloggers qui avez accepté de nous guider vers vos articles, méritez plus d'attention que l'on, que je, ne pourrai vous en porter.
 
Ma vie prend un nouveau tournant. Je vais redescendre entre Bordeaux et le Ferret où je vivais il y a de cela 6 mois. Paris c'était pour d'autres défuntes raisons.
 
 
 
Je vous présente toutes mes sincères excuses ; vous annoncer à nouveau ce retard et ces changements d'orientations pour ce projet est une souffrance, une déception.
Quand un combat vous déplait, il est primordiale de sortir du ring. A temps.
Les balles amis, comme l'écrit Werber, sont toujours plus précises que les balles ennemies.
 
Je vous salue cordialement et me retire en silence. La "vraie vie" me tend la main.
Je vous tiendrai informé ici de la suite qui sera, ou non, donnée à l'aventure des blogpapiers.
En espérant que nombre d'entre-vous acceptent toujours "d'en être". Par-delà les regrets et amertumes.
 
 
 
Et puisque je me sens enfin à nouveau libre de mes faits et mots :
° à toi qui est persuadé que l'on monte une maison d'édition pour se "faire du blé", sort ce bras qui perfore et gangrène ton oeil,
° à vous qui découvrez peut-être le blogging : méfiez-vous. Dans les addictions dorment des maux latents qui quand il s'éveillent révèlent combien, en l'occurence, écrire est plus essentiel qu'être lu... Combien la liberté est plus importante que la notoriété. Combien le privé se doit de le rester. Combien le vrai, le beau, sont "OFF-LINE" et non "ON-LINE"...
 
 
 
Je me retire donc.
Je suis réellement désolé de ne pas mener à son terme dans les conditions initialement envisagées cette entreprise. Je suis ouvert à toute proposition intelligente qui permettrai à cet - à ces - ouvrage(s) de voir le jour.
 
A ceux que cette aventure m'aura fait découvrir et tant apprécier je transmets tous mes vœux de bonheurs... J'ai toujours voulu la transparence. La vérité est parfois ombragée.
 
Ces quelques mois m'auront en tout cas permis de découvrir des gens formidables et de réaliser bien des rêves.
 
 
 
"On vous souhaite tout le bonheur du monde,
et que quelqu'un vous tende la main,
que votre chemin évite les bombes,
et mène vers de calmes jardins..."
 
 
 
Belle route à tous.
 
Nicolas.
 

mai 22, 2005

OFF-LINE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ferret

« Ca [ne] vaut pas la peine, de laisser ceux qu’on aime, pour aller faire tourner, des ballons sur son nez… »

Beau Dommage
Paroles Michel Rivard
"La complainte d'un phoque en Alaska"


Ciao et à bientôt :)

 

 

mai 18, 2005

Soirée Blogs, Cahuètes, Sourires et Courts-Métrages

C'est samedi à partir de 20h au Barbizon. Toutes les infos sont ... Et j'espère que nombre d'entre-vous seront présents pour la dernière soirée Blogs et Cahuètes.

Une saison se fini.
Rendez-vous Samedi soir métro Tolbiac autour de rires, de 'tites mousses, de cahuètes, de films et du one-man show de Bilco...

Et en septembre ici même..

D'ici là "on" a des surprises pour vous... Longue vie aux blogs et belle route à tous...

J'ai le coeur gros...
Mais ce recul me semble nécessaire :)

Gros gros bisous, pas si virtuel que cela !

mai 17, 2005

Interview Exclusive de Roland Castro

... Candidat à la Présidence de la République.

 
Réalisée le 17 mai 2004 am
par Nicolas Voisin pour BLP

mai 16, 2005

Play > Pause :

Rounymonsieur
          Télécharger monsieur.mov (5931.7K)

Je prends un peu de recul dans la rédaction et "l'animation" de mon (mes) blog(s). Des questions s'entrechoquent dans ce silence qui n'en est pas un. Je tenais à illustrer cette pause avec un clin d'oeil à l'une des multiples belles-âmes de talent que mes 8 mois de "rédacteur on-line" m'ont donné le bonheur de croiser. Rouny elle aussi fait un break. Cette chanson est un échantillon d'elle. Tout comme le blog est un kaléidoscope d'échantillons d'êtres... Et d'idées.

Des idées, j'en ai plein la tête et je vous retrouverai prochainement à cette même adresse, j'espère avec autant de plaisir. Le temps de respirer et d'accomplir un autre travail éditorial :)

 

 

 

Les rdv à suivre sur BLP :

 

 

Et d'ici la rentrée une nouvelle formule de BLP...
A (très) bientôt donc :)

mai 13, 2005

Post-it durable...

Blogicok_1

Par capilarité, des questions émergent dans les silences...
Commentez ici.
Ou pas :)

Update : asseyons-nous un instant, prenons le temps...
Discutons !

mai 12, 2005

12/02/58 Moorea

Moorea

C'était au printemps, cela n'aurait pas pu être en Automne. C'était il y a bien longtemps. A l'époque, j'écrivais tous les jours, je passais des heures sur Internet, on appelait cela "bloguer", on se disait tous addicts et on l'était. C'était quelques jours avant ou après les "beaux jours", C'était sous Chirac, tu te rends comptes... ça ne nous rajeunie pas. Mouais, quoi que toi t'as pas vingt ans... ça nous avait bouscullé...
 
Si je te parle de ça, c'est en partie à cause de ce matin, mais pas seulement. Quand tu t'es levée, tu te souviens, tu m'as dit "juste une seconde, je reviens". Tu n'ai revenue que bien plus tard. Je ne sais pas pourquoi cette image m'a rappelé cette époque. Je crois que j'ai du me réveiller mélancolique en fait.
 
Enfin, tout ça pour te dire qu'à cette période, avant la "world wild ware" comme ils disent, on était tous un peu "border-line"... Hein ?! Dis, tu m'écoutes ? Non, t'écoutes ta musique de tarée, mais peu importe. ça m'a foutu les boules de repenser à cette période. On était des "early adopters", si, si, on vivait en pleine ébullition relationnelle ; tu sais à l'époque la monnaie ne fonctionnait pas pareil... Oui, vieux con que je suis, tu "sais", tes 35 heures d'école mensuelles t'ont au moins appris ça. Hein ? Bien sûr, vrlabadam-je-ne-sais-quoi... Musique de fous... Badambadam...Tiens, Dam... Il est bronzé maintenant le gros. Je suis sûr qu'il n'est pas revenu du Costa Rica... Le gars bossait pour Christophe, le pot de Steeve Jobs, Jobs, tu vois, celui qui a sa statut à Manhattan... Christophe il a une étoile devant un banc là-bas, un truc entre-nous, enfin, c'est la rumeur. C'est Vinvin qui me l'a dit. Vinvin... Je le vois peu depuis qu'il est sur les routes avec Blaise et vol de jets en avions toute l'année. Quelle carrière celui-là... Et Xav' moine boudhiste, la vie est étonante... Tu t'en fous, ouai... Bon je te laisse, ça m'agace de parler à un dos, je vais finir mon colis pour le Bulgarian Oliv & Oliv Girls & Resort... D'ici à ce que ces trois-là en reviennent, il va en falloir des intempéries et des scènes de Folie !
-"Chérie, regarde, y'a Hervé à la télé, c'est pas ton pot'punk, là, qui est ministre maintenant ?
- Si. Tiens t'es plus muette toi ? Il ne s'arrêtera pas là... Depuis qu'il a arrêté la Candérelle, Céline et les plug USB il est imbattable."
 
 
 
Ciao vieux,
.......................

 
 
 
 
Je n'ai pas résisté, j'ai posté cette note au 56° à Montparnasse, Je sais qu' Emery passe de temps à autres dans ses lofts parisiens. On s'était juré de se donner des nouvelles si l'un de nous parvenait à 80 ans d'hyperactivité.
Et c'est demain.

Blogs, empires et déontologie

"Les bloggers, ces auteurs de journaux personnels sur Internet, assurent qu'ils n'ont pas besoin de suivre les règles de la déontologie journalistique parce qu'ils ne sont pas des journalistes, mais plutôt des activistes, voire des humoristes", note l'International Herald Tribune. "Les bloggers ont pour habitude de diaboliser les courants médiatiques dominants, mais il est de plus en plus difficile d'exclure de ces courants les blogs les plus importants", estime le quotidien américain(...)"
 
lire la suite (Via Courrier International)

 
NDLR : je m'intéroge quand à cette quête de contraintes là où, au final, l'autocensure fonctionne si bien... Qui est demandeur de ce "code de déontologie" ? Les lecteurs, les journalistes ou les annonceurs ?!

Et quand pense Jason McCabe Calacanis (qui veut batîr un empire dans les blogs autour de Weblogs Inc / voir "les échos" de ce jour - merci buz5z pour l'info) ?

Notre (votre) rentrée littéraire...

J'ai deux secondes entre deux rdv pour vous annoncer, comme promis, que les "Nouvelles du Réel", premier ouvrage de la Collection des Blogpapiers sortira pour la rentrée littéraire de septembre. Cette décision fait suite tant au nombre d'oeuvres déjà reçues qu'à la quasi unanimité de vos réponses. Tous les auteurs des Blogpapiers recevront un mail avant le début de semaine à ce sujet. C'est un grand sourire que je partage ce jour avec vous : ce délai est une chance, celle que ce livre et les suivants soient les plus qualitatifs possible.

Rendez-vous dans vos boites mails ;-)
Vous avez donc deux semaines de plus pour nous faire parvenir vos notes... J'en connais qui vont apprécier !!

UPDATE : je suis en retard dans l'envoi des mails, qui partiront donc autour du 25 mai / il est toujours temps de nous envoyer vos pré-sélections de notes. A très vite..

On en repalera avec le recul nécessaire... d'ici la fin de l'été.

mai 11, 2005

Ultime apéro

Apero
C'est prêt et les derniers autographes se font ce soir :)

Blogpapiers

Blogpapier
(Dessin par Mathieu via La Lune Poivron)

Pendant que d'autres se penchent sur le concept des Blogpapiers, nous nous réunissons ce soir pour une ultime échéance avant de nous jeter pleinement dans notre mission éditoriale.

A tous les auteurs des blogpapiers : l'annonce de la date de publication se fera demain en courant de journée.

Je réceptionne actuellement vos notes, textes et images (merci à tous pour ce travail amont de pré-sélection que vous avez fait avec le plus grand sérieux). Je rappelle une ultime fois à ceux qui souhaiteraient nous communiquer des articles, photos ou dessins, auteurs du web et des blogs, qu'il vous reste quelques jours pour nous les faire parvenir. Et si un auteur parmi vous avait été "oublié" dans l'envoi des projets de contrats d'édition, n'hésitez pas un seul instant, faites le nous (vite) savoir !

La belle aventure des Blogpapiers commence maintenant.
Here we go ;-)

mai 10, 2005

Longtemps son ombre...

Pinault
(Pinault versus Seguin by BLP)

Il est des retraits qui marquent, et qui marqueront.
Il est milliardaire et s'enfuie investir 29 millions d'Euros à Venise,  contre les 150 qu'il devait laisser à l'ïle Seguin (site des anciennes usines Renault à Boulognes-92) et part avec ses 2500 oeuvres d'art moderne...

Les pays d'Europe dépensent 0,007% de leur budget pour la culture. Ici, l'administration aura trop trainé des pieds. François Pinault en a eu assez.

J'accuse le France d'inertie face à ces trop rares mécènes agitateurs de culture, comme face à quiconque ne reste pas les bras croisés. Lui y aura laissé 20 millions, mais a renoncé face aux délais et paperasseries franco-françaises...

Artistes français, entrepreneurs français, pleurez.
L'art aussi se délocalise, s'expatrie...
Il est des images lourdes de sens...

Fiu

Fiu_1

On dit "fiu" (prononcez "fiou") en polynésien, et on use de ce terme à toutes les sauces, comme un élément constituant du quotidien, pour dire "las", "fatigué", ou "raz le bol"... Etre fiu n'est rien de grave, cela ne prête pas à conséquences...

Je suis donc fiu.
Et je me dis que je n'en ai pas forcément le droit.
Fiu du blogging.
Le renouveau vous dites ?
Google n'a toujours pas notifié mon changement d'adresse.
N'arrivent plus ici ces 300 googleliens qui apportaient de la fraîcheur.

Arrivent par contre ici quelques rayons de soleil qui vous éloignent de la virtuelle futilité... Reste l'essence : les autres.

Ce détour, juste pour vous dire que j'aurais eu treize ans ce matin, j'aurais scuicidé mon blog, le sourire jusqu'aux oreilles !
En ayant un peu plus du double,
je vais m'abstenir :)

Fiu quand même !

mai 09, 2005

TF1 vote OUI !

On prend les paris... Pour moi le "oui" a gagné ce soir. TF1 a mis en scène un Sarko parfait (heureusement qu'il est pour le oui, cet homme de la plèbe), concluant un débat ou le casting aura donné peu de chance à ce "non" qui, décidément, ne me séduit pas.

Oui, deux fois oui, une énième fois.
Et demain ce OUI grandira.

Pour donner votre point de vue au référenblog, ça se passe ;-)

Publié dans nues

Commenter cet article