Du choc des civilisations..

Publié le par Nico

 

Samuel Huntington était donc clairvoyant. Celui qui a décrit et pensé cette
maléfique confrontation longtemps avant le 11 septembre 2001 avait sans
doute vu juste. En Irak, à Londres, à New York, en Afghanistan, en
Palestine, en Arabie Saoudite, en Iran, en Egypte et ailleurs, frustrations, rages,
rancoeurs et sentiments de révolte ont nourris (et se sont nourris) des
idéologies fanatiques et autres croyances apocalyptiques.



Le choc par la mort en masse, le massacre pour quel changement,
spectaculaire et  prétendument sensé, comme hier les Jacobins, puis certains
anarchistes, des communistes, les régimes nazis et néonazis et ainsi l'
histoire de se répéter, aux sempiternelles ritournelles de « fin d'un
monde », d'un « système », d'un « modèle ».



Mohamed Bouyeri (qui a assassiné Théo Van Gogh), Mohamed Sidique Khan,
Shehzad Tanweer et Hasib Mir Hussain (3 des térroristes du 7 juillet
dernier) pour ne citer qu'eux, sont les enfants d'un pays où ils firent
couler le sang. Gageons qu'ils ont agis sous l'influence de gourous et de
prédicateurs pour qui Al-Qaida n'est ni une école de pensée, ni une
organisation centralisée pas plus qu'un réseau effectif mais une marque de
fabrique, un label, un sceau de la haine, de la cruauté, du rejet.



Ce mal ne vient d'aucun « extérieur » que ce soit. Ce mal n'a ni racine
claire ni cause identifiable aisément. Ce mal est intérieur, il est inhérent
à nos sociétés, présent dans toutes les civilisations, il est l'ombre
odieuse nécessaire à la lumière fade portée sur (et par) nos démocraties.
Lutter « contre » est une illusion sans lendemain. C'est « avec » qu'il va
falloir compter, comme dans un sombre scénario, digne du « Coeur de la nuit »
de Joseph Conrad.



Ce dramatique et friable Ground Zero's Day a justifié nombre de nos
errances. Le prix que nous payons ce jour créer plus que des dettes. C'est
une pandémie suicidaire, un menaçant tsunami, dévastateur, qui revient tel
un « boom-au-rang » aux sordides relents cataclysmiques qu'il nous faudra
plus que de l'habileté à contrer.

Publié dans nues

Commenter cet article

Nico 13/08/2005 13:01

le temps de quelques scans et je te réponds par des articles et documents d'archives de septembre 2001, retrouvés dans un sac, caché depuis 3 ans ;-)

javafred 10/08/2005 21:49

Non, non, Nico, ce mal est parrfaitement identifiable !
il s'appelle croisades et haine ancestrale des occidentaux.
Qui, il faut bien l'avouer, l'ont bien cherché... à lépoque.
Aujourd'hui les historiens sont quasi-unanimes, la France paie sur le plan social et économique les conséquences de la révolution de 1789, et les occidentaux paient les conséquences.... des croisades.
Comme quoi, l'histoire est puissante, profonde, tenace et rancunière !