Retour sur Actualité (part 1)

Publié le par Nico












C’est avec Bernard, que j’avais ouvert ce newsblog. Bernard se déclare (enfin) candidat potentiel à la présidentielle. Il n’a d’ailleurs pas été au congrès du Mans avec ses anciens amis de campagne et n’a pas applaudi leur irréaliste synthèse qui ne sert que le détestable Fabius au détestable social-nationalisme de pacotille. 5 millions de français se sont rués sur les actions EDF : le PS veut renationaliser EDF.  « Ce qui m’intéresse c’est que la gauche prenne un virage vers plus d’imagination et moins de dogmatisme. Nous avons voulu changer le monde – et moi-même plus que d’autres je me suis battu pour cela – mais le monde nous impose de changer de vision, de moyen, de logiciel. Cette nécessité devient explosive. (…) Quittons notre cul-de-sac mental » (B. Kouchner dans son interview sans compromission au Point daté du 24 novembre). Sa « Fabrica » [le laboratoire d’idée de Romano Prodi] façon social-démocrate enragé, son think-tank (« Réunir ») ou "Face" [un autre groupe de réflexion à suivre, qui réunit notamment quelques 1500 chefs d’entreprises] sont des élans – et pas seulement – à étudier de près. « Pour aller MIEUX, voyons large ».
Bernard, here we go !


Cette semaine, l’eau et les citoyens ont fait des Unes.
Des citoyens, comme ces 1100 rédacteurs d’AgoraVox, dont YahooNews syndique dorénavant les articles et dont le YahooGroup fait vibrer ma boitte mail, à l’instar de Freemen dont le sens et l’essence s’ébauchent jour après jour, non sans débat.

L’eau, comme celle du fleuve Songhua qui charrie son nauséabond poison pétrochimique (jusqu'en Russie), fruit de l’explosion d’un site industriel vétuste et dont le benzène menace la vie d’une population chinoise (4 millions d’habitant à Harbin par exemple, la ville touchée en cette fin de semaine) qui tourne à l’eau minérale et, telle une caricature de lendemain qui déchante, nous rappelle rationnements, ressources naturelles et énergies épuisables, ou encore risques industriels majeurs ; cela au moment même ou l’UE débat de Reach (sur l’impact des substances chimiques sur notre santé et notre environnement). Never forget Bhopal, AZF, ou encore Icmesa qui donna lieu aux fameuses normes "Séveso" (du nom de la ville italienne voisine).
La croissance chinoise est débridée.
E avec elles les risques décuplés.
Eau secours !



Chez nous c’est la grève, celle de la régie des transports Marseillais (grève qui n’a rien apporté aux grévistes - on en reparlera - et rendu exsangue la deuxième ville de France à l’image et l’économie locale sans doute durablement « meurtries ») celle, flash, éclaire, hérétique et peu suivie de la SNCF, celle de Libé (à l’image d’une presse nationale qui ne cesse de se réinventer sans audace - cf: Le Monde) des grèves labellisées "made in modèle français", qui carburent aux dissensions syndicales et à une absence de culture de compromis (côté patronal comme syndical, soit dit au passage), des grèves qui divisent, fâchent, peinent et dont on ose imaginer qu’elle ne sont pas « justes ». Une grève que n’ont pas fait les médias pour "tout tenter pour Aurélia", dont on apprenait vendredi que les ravisseurs étaient en fait des pédophiles récidivistes. De dangereux malades. Récidivistes, oui, mais non jugés comme tels, malgré la nouvelle loi votée ces derniers mois (en effet par récidive celle-ci entend plusieurs condamnations successives et non - aberrance quand tu nous tient - plusieurs crimes). Une idée du service minimum dont nos législateurs auraient des leçons à tirer, d’autant plus à la veille du vote du projet de loi antiterroriste (lire à ce propos l’interview du patron des RG dans le Monde daté du 25 novembre).


Ces derniers jours à Tunis, c’est d’internet dont on débattait (oui, Tunis...) cette absolue nécessité aux vertueux et inimaginables potentiels, ce dangereux outil qui porte déjà en lui les bourgeons d’une révolution globale, celle de la (fin de la) gouvernance nationale et des souverainetés de façade. La génération .com a entre vingt et trente ans, se contrefout que l’ICAAN (association US à but non lucratif qui agit pour le compte du département américain du commerce) détienne les clefs du "serveur racine" (géré par Verisign, une société on ne peut plus proche du complexe militaro-industriel US) planqué quelque part en Virginie. L’intelligence mondiale connectée est entre les mains d’une poignée de cols blancs qui, d’un clic un seul peuvent vous effacer du web tous les .fr (et ce n’est qu’un exemple). Une hallucinante prérogative qui vaut quelques puits de pétrole quand il s’agit de régler ses contentieux ! Croyez-moi qu’il est des Etats que cela fait bondir. C’est que le web est devenu indispensable aux fonctions régaliennes de l’Etat… CQFD. Ou comment Skype (récemment racheté par eBay) est dorénavant interdit dans nos labos et facultés publiques pour une sombre histoire d’algorithmes opaques (en réalité d’avantage pour éviter - et à tout prix - un outil qui ne permet pas des « écoutes » efficaces à nos services de renseignement).



Microsoft, Cisco, Google, Yahoo & co, priez pour nous, pauvres surfers (…)

[La suite dans le we > Article sncfé vendredi 25 novembre et posté from Paname – liens et illustration d’ici dimanche]

Bonne fin de semaine sous ce ciel d’hiver ;)



Publié dans nues

Commenter cet article

edenlys 27/11/2005 16:23

Un autre Bernard qui ne manque pas d'audace, un homme de terrain...Pas mal l'affiche de campagne !

nico 26/11/2005 19:21

corrections orthographiques faites (oups, 'doit en rester :)
> y'avais au moins ça à rajouter !
héhé

back ;)

actuz boy 26/11/2005 01:02

whaouuuuuuuuuu, rien a ajouter ;)